Tableau de bord éco Solutions éco, agence de développement économique des pays de la Loire

L’évolution de la population

L’évolution de la population

24 000 habitants supplémentaires chaque année

Une croissance démographique qui ralentit, comme au niveau national

3,8 millions
d’habitants
au 1er janvier 2018

soit 5,8 % de la population de France métropolitaine

+24 000
habitants chaque année

entre 2013 et 2018

Territoire à la démographie dynamique, les Pays de la Loire n’échappent pas au ralentissement de la croissance démographique.

En 2018, les Pays de la Loire comptent environ 121 000 habitants de plus qu’en 2013. La hausse, de 0,7 % en moyenne annuelle, est plus soutenue qu’au niveau national (0,4 %). La région se place au 2e rang en France pour son dynamisme démographique, après la Corse et ex-æquo avec l’Occitanie.

La hausse de la population ligérienne résulte en premier lieu de l’excédent migratoire de 0,5 % par an : les arrivées dans la région sont plus nombreuses que les départs. Le solde naturel de 0,2 % par an reste positif : le nombre de naissances est supérieur à celui des décès. Cependant, le solde naturel se réduit année après année du fait de :

  • la baisse des naissances, liée en grande partie au fléchissement de la fécondité,
  • et la hausse des décès avec l’arrivée des générations nombreuses du baby-boom (1942-1973) à des âges de forte mortalité.

L’évolution de la population par département, entre 2013 et 2018

Source : Insee

Les départements littoraux, plus dynamiques

Deux départements des Pays de la Loire voient leur population augmenter nettement entre 2013 et 2018 : la Loire-Atlantique (+1,2 % par an) et la Vendée (+0,7 %), qui figurent respectivement au 4e et 17e rangs des départements métropolitains. En Maine-et-Loire, la hausse, plus mesurée (+0,4 % par an), est désormais similaire à celle enregistrée au niveau national (+0,4 % par an). La population se stabilise en Mayenne et commence à décroître en Sarthe (-0,1 %).

La Loire-Atlantique et la Vendée absorbent ainsi respectivement 69 % et 20 % de la hausse de population régionale. Les ressorts de la croissance ne sont cependant pas tout à fait les mêmes sur ces deux territoires littoraux. En Vendée, l’excédent migratoire explique la totalité de la hausse de population. En Loire-Atlantique, solde naturel et solde migratoire contribuent à la croissance du nombre d’habitants. Toutefois, la contribution du solde migratoire est le double du solde naturel. En Mayenne, seul l’excédent naturel parvient encore à enrayer la chute de la population tandis qu’en Sarthe, soldes migratoire et naturel sont maintenant négatifs. Le Maine-et-Loire est dans une situation intermédiaire puisque son solde migratoire est faible mais toujours positif et son solde naturel encore conséquent.

L’évolution de la population entre 2013 et 2018 :
contribution des soldes naturel et migratoire

Variation annuelle moyenne
de la population (%)
due au
solde naturel (%)
due au
solde migratoire (%)
Loire-Atlantique+1,2+0,4+0,8
Maine-et-Loire+0,4+0,3+0,1
Mayenne0+0,1-0,1
Sarthe-0,1+0,1-0,2
Vendée+0,70+0,7
Pays de la Loire+0,7+0,2+0,5
Source : Insee, RP

Une croissance du nombre d’habitants de plus en plus localisée

En Loire-Atlantique, la dynamique est installée sur l’ensemble du territoire. Toutes les intercommunalités gagnent de la population. En Vendée, le nombre d’habitants progresse sauf à l’est. En Maine-et-Loire, la situation est plus contrastée avec des EPCI qui perdent de la population aux marges du territoire. En Mayenne et en Sarthe, les gains de population se concentrent autour des principales villes.

Évolution du nombre d’habitants entre 2013 et 2018
Source : Insee