Tableau de bord éco Solutions éco, agence de développement économique des pays de la Loire
La santé
Date de mise à jour : juillet 2023 Nouvelles données prévues : juillet 2024

85,6 ans
espérance de vie
des femmes à la naissance

en 2022

79,7 ans
espérance de vie
des hommes à la naissance

en 2022

1,82
enfant par femme en âge de procréer

en 2022

  1. 1

    Dans les Pays de la Loire, en 2022, à la naissance, l’espérance de vie des hommes s’élève à 79,7 ans contre 79,4 ans en France. Elle se monte à 85,6 ans chez les femmes, soit également légèrement plus qu’en France : 85,3 ans.

    En Pays de la Loire, après une progression entre 2020 et 2021 dans le prolongement de la sortie de la crise sanitaire, l’espérance de vie recule chez les hommes comme chez les femmes en 2022. L’espérance de vie se dégrade en outre plus nettement pour les femmes que pour les hommes.

    En France, l’espérance de vie se stabilise pour les hommes et recule pour les femmes. Cette dernière ne retrouve pas ses niveaux d’avant crise sanitaire, et ce, quel que soit, le sexe en France métropolitaine comme en Pays de la Loire.

  2. 2

    En 2022, près de 38 650 personnes ont perdu la vie dans la région : une hausse de 3,1 % par rapport à 2021. Pour la seconde année consécutive, la progression du nombre de morts est plus rapide qu’au niveau national (+2,2 %). En 2020, les Pays de la Loire avaient été, en revanche, moins touchés par le covid-19.

    Après les années coronavirus, la hausse de la mortalité s’explique aussi désormais par l’arrivée des baby-boomers à des âges de forte mortalité.

  3. 3

    Au 1er janvier 2022, 5 512 médecins généralistes et 5 859 spécialistes exercent en Pays de la Loire.

    Depuis 2012, chaque année, le nombre de praticiens augmente de 1,2 %, presque trois fois plus rapidement qu’en France (+0,5 %).

    Au cours des 10 dernières années, en Pays de la Loire, en moyenne, chaque année, le nombre de médecins spécialistes progresse deux fois plus vite que celui des généralistes : +1,6 % contre +0,8 %. En France, entre 2012 et 2022, si le nombre de spécialistes s’accroît également (+1,2 % par an), celui des généralistes est en recul (-0,2 % par an).

    Avec 299 médecins pour 100 000 habitants, les Pays de la Loire affichent une densité inférieure de 12 % à la moyenne nationale (341 pour 100 000 habitants). En revanche, depuis 2012, l’âge moyen des médecins ligériens diminue plus vite qu’en France : il passe de 50,0 à 48,4 ans en Pays de la Loire et de 51,1 à 50,5 ans en France.

    Au delà de la question de la densité médicale,  le nombre d’actes réalisés en moyenne chaque année par un praticien est un élément clé de l’accès aux soins pour les populations. Or, depuis plusieurs années maintenant, les médecins, hommes comme femmes, réalisent un nombre annuel moyen d’actes (consultations, visites) moins élevé, ce qui amplifie les difficultés d’accès aux soins des habitants. En Pays de la Loire, cette difficulté peut être prégnante dans certains territoires.

3,7 consultations
accessibles par an et par habitant

auprès des médecins généralistes en 2021*

Un accès aux professionnels du soin parfois délicat

  • L’accès à l’ensemble des professionnels de santé (1er et 2nd recours) est une problématique majeure en France comme en région. En Pays de la Loire, tous les territoires ne bénéficient pas d’un accès à la santé de qualité suffisante. Ce phénomène s’explique par des effectifs insuffisants de professionnels de santé et par leur inégale répartition sur le territoire régional.
  • En Pays de la Loire, en 2021, 13,4 % de la population régionale vit ainsi dans une commune sous-dotée en médecin généraliste, c’est-à-dire dans une commune où chaque habitant a accès à moins de 2,5 consultations par an. En 2015, cette proportion était de 7,7 %, démontrant ainsi la dégradation de l’accès aux soins. L’évolution est similaire en France.
  • En Pays de la Loire, l’accès au médecin généraliste est plus aisé en Maine-et-Loire et en Loire-Atlantique. En Vendée, il existe des difficultés d’accès sur certaines parties du territoire, notamment le long du littoral, au cours de la période estivale. C’est en Mayenne et en Sarthe que l’accès aux soins est le plus problématique. 30 % de la population mayennaise vit dans une commune sous dotée en médecins généralistes en 2021, 28 % des habitants de la Sarthe. Les difficultés de ces territoires sont renforcées par des perspectives futures parfois inquiétantes. L’évolution de la répartition territoriale des médecins les plus jeunes fait craindre en effet le développement de déserts médicaux dans un avenir proche. Cette problématique apparaît plus marquée au nord de la région et surtout à l’est de la Sarthe.

La densité de médecins généralistes en Pays de la Loire en 2020

Densité de médecins par EPCI
Source : Insee, BPE

En savoir plus