Tableau de bord éco Solutions éco, agence de développement économique des pays de la Loire

Le niveau de vie des habitants

Le niveau de vie des habitants
Date de mise à jour : octobre 2020

Quel niveau de vie en Pays de la Loire ?

Des revenus parfois modestes mais une pauvreté peu développée

20 980 €
revenu annuel par habitant

en 2017

10,8 %
taux de pauvreté

en 2017

49,2 %
part des ménages imposés

en 2017

Les Pays de la Loire, au 4e rang des régions pour le niveau des revenus des habitants

  • Avec un revenu disponible(1) de près de 21 000 € en 2017 par unité de consommation(2), les Pays de la Loire se situent au 4e rang des niveaux de revenu des régions françaises, hors Ile-de-France. A l’échelle des départements ligériens, les niveaux de vie de la population varient : le revenu disponible est plus élevé en Loire-Atlantique et en Vendée, qu’en Sarthe et Maine-et-Loire. La Mayenne affiche le revenu médian le plus faible. En effet, les revenus sont généralement plus faibles dans les territoires dominés par l’agriculture et l’industrie, où les emplois d’ouvriers sont encore très présents.

 

  • Dans la région, un peu plus de 400 000 personnes vivent sous le seuil de pauvreté, soit un peu plus de 10,8 % de la population(3). Comparé au taux national de 14,5 %, les Pays de la Loire ne sont pas une région qualifiée de pauvre, même si certaines parties du territoire abritent des populations plus en difficulté que d’autres. Les Pays de la Loire sont même la région de France, où ce taux est le plus faible. Vient ensuite la région Bretagne (10,9 %). Auvergne-Rhône-Alpes en 3e position affiche un taux nettement plus élevé (12,5 %).

Quelques disparités à l’échelle des départements

En lien avec les différences de revenus, quelques disparités existent également selon les départements s’agissant des taux de pauvreté :

Part de la population
vivant sous le seuil de pauvreté
Loire-Atlantique 10,1 %
Maine-et-Loire 11,4 %
Mayenne 11,4 %
Sarthe 13,0 %
Vendée 9,3 %
Source : Insee, 2017

Des situations de pauvreté moins présentes, quel que soit l’âge des habitants

Les situations de pauvreté sont globalement moins fréquentes en Pays de la Loire qu’en France, quelle que soit la tranche d’âge. Parmi les moins de 30 ans, population la plus exposée, 17,9 % vivent en-dessous du seuil de pauvreté en région, contre 22,4 % au niveau national. Les Pays de la Loire sont la région de France où le taux de pauvreté des moins de 30 ans est le plus faible. En Vendée et Loire-Atlantique, les taux de pauvreté sont particulièrement faibles chez les plus de 60 ans, ce qui témoigne de l’attraction du littoral envers des retraités aisés. 

Les revenus dans les communes des Pays de la Loire

Source : Insee

Une part de ménages fiscaux imposés plus faible

Conséquence de la relative faiblesse des revenus dans certaines parties de la région, la part des ménages fiscaux imposés en Pays de la Loire est inférieure à celle que l’on rencontre en France. A l’échelle départementale, c’est en Mayenne et en Maine-et-Loire qu’elle est la plus limitée. Le dynamisme économique de la métropole nantaise explique amplement le niveau de vie plus élevé constaté en Loire-Atlantique.

Part des ménages fiscaux imposés
Loire-Atlantique 53,2 %
Maine-et-Loire 45,6 %
Mayenne 45,0 %
Sarthe48,1 %
Vendée47,9 %
Source : Insee, 2017

Une intensité de la pauvreté également plus limitée en région

L’intensité de la pauvreté est également plus faible et les inégalités monétaires sont moins marquées en Pays de la Loire que dans le reste du pays : les ménages touchés sont un peu moins pauvres que dans les autres régions métropolitaines. Parallèlement, les personnes les plus aisées en Pays de la Loire disposent de revenus plus faibles que les ménages les plus riches en France. 

Quelques précisions

  1. 1

    Le revenu disponible d’un ménage comprend les revenus d’activité (nets des cotisations sociales), les revenus du patrimoine, les transferts en provenance d’autres ménages et les prestations sociales (y compris les pensions de retraite et les indemnités de chômage), nets des impôts directs.

  2. 2

    Dans un ménage, le nombre de personnes est ramené à un nombre d’unités de consommation (UC). Les besoins d’un ménage ne s’accroissent pas en stricte proportion de sa taille. La pondération dans un ménage est la suivante : 1 UC pour le premier adulte du ménage ; 0,5 UC pour les autres personnes de 14 ans ou plus ; 0,3 UC pour les enfants de moins de 14 ans.

  3. 3

    En 2017, 10,8 % des ligériens vivent avec moins de 1 041 € par mois et par unité de consommation.