Tableau de bord éco Solutions éco, agence de développement économique des pays de la Loire
Logement social
Date de mise à jour : Novembre 2020 Nouvelles données prévues : Novembre 2021

Une offre modérée et géographiquement concentrée, une demande localement forte

Les Pays de la Loire possèdent un parc locatif social de plus de 233 000 logements, représentant 14,2 % du parc de résidences principales. C’est moins qu’au niveau national. À l’intérieur de la région, les disparités sont fortes entre départements et plus encore entre intercommunalités ou communes qui la composent. Les trois principales agglomérations concentrent à elles seules plus de la moitié du parc social. Malgré une croissance du parc, la tension reste forte sur plusieurs territoires régionaux, situés plus particulièrement en Loire-Atlantique et le long du littoral. Depuis plusieurs années, la région enregistre une forte hausse du nombre de demandeurs : environ 5 500 demandes supplémentaires par an, soit une progression annuelle de l’ordre de 6 % entre 2017 et 2020.

En Pays de la Loire, moins d’une résidence principale sur sept dans le parc social

Le parc locatif social des Pays de Loire se compose de 233 210 logements, au 1er janvier 2019. Accueillant 4,7 % du parc national, la région se place au 8e rang français. Les logements locatifs sociaux constituent 14,2 % des résidences principales en région, tandis que ce taux atteint 17,3 % en France métropolitaine et 15,5 % en France métropolitaine hors Île-de-France.

La répartition des logements sociaux sur le territoire régional diffère significativement de celle de la population. Le poids des logements locatifs sociaux dans le parc de résidences principales varie du simple à plus du double en fonction des départements : c’est dans le Maine-et-Loire qu’il est le plus élevé (18,8 %) et en Vendée qu’il est le plus faible (7,9 %). L’habitat social étant historiquement plutôt constitué de logements collectifs, il est plus présent dans les territoires urbains. En Pays de la Loire, il représente 73 % des logements sociaux, contre une moyenne de 80 % en France de province (hors Ile-de-France).

Les logements sociaux
dans les résidences principales en 2019

Part
Loire-Atlantique14,5 %
Maine-et-Loire18,8 %
Mayenne12,0 %
Sarthe15,6 %
Vendée7,9 %
Source : Insee, RP, RPLS 2019

Les disparités sont encore plus marquées entre intercommunalités et communes composant le territoire régional. Supérieure ou très proche de 20 % sur les territoires de Nantes Métropole, d’Angers Loire Métropole, du Mans Métropole, de la Carene et de Laval Agglomération, la part de logements locatifs sociaux est en moyenne de 7,2 % dans les EPCI n’abritant pas de quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV).

Les logements locatifs sociaux en 2019 et leur poids dans le parc de résidences principales, pour les 15 EPCI les mieux pourvus

EPCI
avec QPV(1)
Nombre de logements
locatifs sociaux
Poids dans le parc de
résidences principales
1Nantes MétropoleOui60 73319,8 %
2Angers Loire MétropoleOui38 84229,0 %
3Le Mans MétropoleOui25 84926,6 %
4CareneOui12 47321,4 %
5CA de LavalOui8 98020,4 %
6La Roche-sur-Yon AgglomérationOui7 58617,2 %
7CA Agglomération du CholetaisOui6 95915,3 %
8Saumur Val de LoireOui6 80215,5 %
9CA Mauges Communauté Non 4 686 9,8 %
10Cap Atlantique Non 2 799 8,7 %
11CC de Sablé-sur-SartheOui2 31418,8 %
12CC Anjou Bleu CommunautéNon2 17815,0 %
13CC du Pays d’AncenisNon2 1568,1 %
14CA Les Sables d’Olonne AgglomérationNon1 9397,3 %
15CC Loire Layon AubanceNon1 8528,2 %
(1) Quartier(s) prioritaire(s) de la politique de la ville
Sources : Insee, RP, RPLS 2019

Le parc des logements locatifs sociaux et leur poids
dans le parc de résidences principales, par commune, en Pays de la Loire

Une forte demande en Loire-Atlantique et en Vendée

Au 1er janvier 2020, le cap des 100 000 ménages souhaitant obtenir un logement social a été franchi en Pays de la Loire. 63 % des demandes proviennent de ménages dits « externes », c’est-à-dire qui n’occupent pas déjà un logement social. 48 % des demandes se localisent sur Nantes et Angers Loire Métropole, alors que ces derniers territoires n’abritent que 42 % des logements sociaux de la région. La tension sur le parc locatif des deux principales agglomérations de la région est forte.
Ailleurs en région, la pression sur la demande de logements est la plus forte en Loire-Atlantique et en Vendée, en particulier tout le long du littoral.

Une plus forte croissance du parc dans les départements en tension

Entre 2014 et 2017, en Pays de la Loire, la demande de logements sociaux progresse de 15,4 %, soit plus rapidement que le parc de logements disponibles qui s’accroît de 9,4 %. Certains territoires régionaux connaissent donc des tensions sur le marché locatif social. Pour autant, en Pays de la Loire, le nombre de logements sociaux progresse plus vite qu’au niveau national.
De plus, cette hausse est plus marquée dans les départements où les tensions sont les plus fortes, contribuant à réduire en partie les déséquilibres entre offre et demande. La croissance du parc est ainsi supérieure à la moyenne en Vendée (+10,6 %), département le moins bien doté au regard de sa population, et en Loire-Atlantique (+14,8 %) où les tensions sont vives. Ailleurs, l’augmentation du nombre de logements locatifs sociaux est plus modérée.

évolution du parc
entre 2014 et 2019
Loire-Atlantique+14,8 %
Maine-et-Loire+7,3 %
Mayenne+2,5 %
Sarthe+3,7 %
Vendée+10,6 %
Pays de la Loire+9,4 %
France métropolitaine+10,2 %
Source : RPLS 2019

Vers une part grandissante de logements collectifs

En Pays de la Loire, près des trois quarts des logements locatifs sociaux sont de type collectif (73,3 %). Cette part est plus faible que celles observées en France métropolitaine (84,4 %) et dans l’ensemble des régions de province (79,8 %). Les Pays de la Loire font partie avec les Hauts-de-France des deux régions de France métropolitaine offrant le plus de logements individuels au sein du parc locatif social. Toutefois, parmi les mises en service les plus récentes, 5 ans ou moins, le poids des appartements a progressé : 76 % des logements mis en service sur la période, témoignant de la volonté croissante de limiter l’artificialisation des sols de notre région.

Dans les départements ligériens, la proportion de logements collectifs varie dès lors de 51,7 % en Vendée à 83,5 % en Loire-Atlantique. À l’échelle intercommunale, plus le volume du parc est important, plus la part de logements collectifs semble être élevée. La proportion de l’habitat collectif est ainsi supérieure à 86 % dans les trois principales agglomérations de la région et culmine à plus de 90 % à Nantes Métropole.

Le poids des logements collectifs
dans le parc social en 2019

En %
Loire-Atlantique83,5 %
Maine-et-Loire67,5 %
Mayenne68,2 %
Sarthe74,9 %
Vendée51,7 %
Pays de la Loire73,3 %
France métropolitaine84,4 %
Source : RPLS 2019

Avertissement

Le répertoire des logements locatifs des bailleurs sociaux (RPLS) a été créé au 1er janvier 2011 en lieu et place de l’enquête sur le parc locatif social (EPLS). Il a pour objectif de dresser l’état global du parc de logements locatifs de ces bailleurs sociaux au 1er janvier d’une année. Il est alimenté par les informations transmises par les bailleurs sociaux.

Les bailleurs sociaux interrogés pour RPLS sont définis par l’article L.411-10 du code de la construction et de l’habitation (CCH). Ces bailleurs doivent déclarer l’ensemble des logements ordinaires dont ils ont la pleine propriété ou sur lesquels ils ont un bail emphytéotique, à construction ou à réhabilitation, ou dont ils ont l’usufruit au 1er janvier de l’année de collecte ou au 1er janvier de l’année précédente. Sont exclus les logements-foyers, les foyers de travailleurs et les résidences sociales. Les logements mis en service au 1er janvier de l’année de collecte sont pris en compte dans les résultats.

Source : Ministère de l’environnement, Dreal Pays de la Loire