Tableau de bord éco Solutions éco, agence de développement économique des pays de la Loire

Le niveau de formation de la population

Le niveau de formation de la population
Date de mise à jour : septembre 2021 Nouvelles données prévues : septembre 2022

Peu de jeunes quittent le système scolaire sans diplôme

Des diplômés de l’enseignement supérieur
de plus en plus nombreux en Pays de la Loire

Dans les Pays de la Loire, 21 % des habitants non scolarisés âgés de 15 ans ou plus sont peu ou pas diplômés. En région, le niveau de formation s’accroît au fil du temps : la proportion de personnes faiblement diplômées a diminué de 9 points en dix ans. En France métropolitaine, cette part diminue dans les mêmes proportions qu’en Pays de la Loire.

Dans la région, les titulaires d’un CAP ou d’un BEP sont très représentés. Ils constituent près de 29 % de la population non scolarisée, contre 25 % au niveau national. La forte composante industrielle du tissu économique ligérien explique en grande partie cet écart entre profils régional et national.

À l’opposé, les diplômés de l’enseignement supérieur sont relativement moins nombreux dans les Pays de la Loire qu’en France métropolitaine : 28 % contre 31 %. En revanche, la proportion de personnes diplômées de l’enseignement supérieur progresse largement en Pays de la Loire : elle passe de 21 % à 28 % entre 2008 et 2018. En France métropolitaine, l’évolution est similaire : elle est passée de 24 % en 2008 à 31 % en 2018.

Le diplôme le plus élevé obtenu par la population non scolarisée
de 15 ans ou plus

Niveau de formationPays de la LoireFrance
Métropolitaine
Aucun diplôme ou certificat d’études primaire21,1 %21,4 %
BEPC, DNB5,0 %5,5 %
 CAP, BEP ou équivalent 28,7 % 24,9 %
Baccalauréat, brevet professionnel ou équivalent 17,2 %17,2 %
Diplôme de l’enseignement supérieur27,9 %30,9 %
Ensemble100 %100 %
Source : Insee, RP 2018

Une proportion faible de jeunes non diplômés en Pays de la Loire, à l’exception de quelques territoires aux frontières de la région

En Pays de la Loire, 9,2 % des jeunes âgés de 20 à 24 ans sortent du système scolaire sans diplôme, c’est-à-dire sans CAP, ni BEP, ni diplômes de rangs plus élevés. Cette proportion classe les Pays de la Loire au 2e rang des régions françaises. Seule la Bretagne enregistre une meilleure performance avec 8,0 % des 20-24 ans quittant le système éducatif sans diplôme. A l’opposé, les Hauts-de-France sont la région de France métropolitaine où cette proportion de jeunes est la plus forte : 15,2 %. 

Cette faible proportion régionale de jeunes sans diplôme masque cependant quelques disparités territoriales. A l’échelle des départements, la Sarthe affiche la plus forte proportion de jeunes non diplômés, 11,0 %, légèrement inférieure à la moyenne nationale de 11,4 % (France métropolitaine). A une échelle géographique encore plus fine, ce phénomène de jeunes sans diplôme se concentre uniquement dans quelques EPCI régionales, notamment aux frontières est de la région.

Les jeunes non-diplômés dans les intercommunalités des Pays de la Loire en 2018

Source : Insee, RP

Des difficultés de lecture souvent limitées pour les jeunes ligériens

S’agissant de la maîtrise de la lecture, quelques disparités existent également au sein du territoire régional. Ainsi, la Loire-Atlantique se positionne au 5e rang des départements français s’agissant de la maîtrise de la lecture : 5,8 % des jeunes de Loire-Atlantique participant à la Journée défense et citoyenneté(1) rencontrent des difficultés de lecture. C’est nettement moins que la moyenne nationale (France métropolitaine + DROM) de 9,5 %. En Pays de la Loire, tous les départements enregistrent une proportion inférieure à la moyenne française.

Source : Ministère des armées – DNSJ, MEN-DEPP

La Journée défense et citoyenneté (JDC)

(1) Peu avant leur majorité, tous les jeunes Français doivent participer à la journée défense et citoyenneté (JDC). A cette occasion, ils effectuent des tests d’évaluation visant à estimer leur niveau de lecture en français. Les résultats sont particulièrement intéressants car ils concernent la quasi-totalité d’une génération.

Les données 2020 portent sur un nouveau test de lecture mis en place en septembre 2019. Les profils ne sont donc pas comparables aux années précédentes.