Tableau de bord éco Solutions éco, agence de développement économique des pays de la Loire
Le chômage

7,9 % de la population active sans emploi

Pays de la Loire : les premiers impacts de la crise liée au coronavirus

En Pays de la Loire, le taux de chômage atteint 7,9 % de la population active contre 8,8 % en France métropolitaine.

Les Pays de la Loire ne connaissent plus le taux de chômage le plus faible des régions françaises. Il se classent désormais au 3e rang. Pour autant, avec une hausse de 1,5 point du taux de chômage entre les 2e et 3e trimestres, ils font partie des régions les moins frappées par la recrudescence du chômage. En France métropolitaine, ce taux progresse de 1,8 point.

Les données du 4e montrent un net recul de l’ensemble des taux de chômage régionaux. Le confinement intervenu au mois de novembre entraîne comme au printemps dernier, une évolution atypique des taux de chômage qui ne reflète pas la réalité de la situation sur le marché du travail. En effet, un chômeur est une personne en âge de travailler et disponible pour occuper un emploi. Or, en période de confinement, une personne sans emploi n’est plus forcément disponible pour travailler puisqu’elle est confinée. De plus, ses démarches de recherche d’emploi sont également fortement entravées.

Nous choisissons donc, à ce jour, de rester sur l’analyse du 3e trimestre.

Le taux de chômage dans les régions françaises

Les régions qui connaissent les plus forts niveaux de chômage sont également celles où la situation sur le marché semble s’être le plus nettement dégradée : Hauts-de-France, Occitanie, Provence-Alpes-Côte d’Azur. De la même manière, les régions où le sous-emploi est le moins installé sont également celles où le marché du travail se dégrade le moins rapidement : Bretagne, Bourgogne-Franche-Comté et Pays de la Loire. Certains territoires, notamment aux extrémités nord et sud de la France, connaissent des difficultés bien marquées avec des taux de chômage à nouveau au-dessus de la barre des 10 %. C’est le cas en particulier des territoires où le tourisme et le commerce sont fortement développés  : Corse, Occitanie, Provence-Alpes-Côte d’Azur.

L’évolution des taux de chômage régionaux entre les 2e et 3e trimestres 2020

Source : Insee

3 années de baisse du chômage effacées

Avec un taux de chômage de 7,9 % de la population active, les Pays de la Loire reviennent ainsi à la situation du 3e trimestre 2017, effaçant 3 années de diminution régulière du chômage. Ils parviennent cependant à tirer leur épingle du jeu dans un contexte particulièrement dégradé. Comme les régions du sud de la France en difficulté, les Pays de la Loire abritent de nombreux emplois dans l’hébergement, la restauration, les activités reposant sur le tourisme. Toutefois, à l’image de la Bretagne, son activité économique est diversifiée, grâce au développement de nombreuses activités industrielles. Or, dans l’industrie, des secteurs sont plus à l’abri que d’autres  : c’est le cas de l’agroalimentaire, fortement implanté en Pays de la Loire comme en Bretagne.

L’impact des confinements sur le taux de chômage

Depuis le début de la crise sanitaire, les statistiques sur le taux de chômage sont plus difficiles à expliquer que d’ordinaire : les baisses du taux de chômage ne correspondent pas systématiquement à une amélioration de la situation sur le marché du travail.

En effet, un chômeur est une personne en âge de travailler et disponible pour occuper un emploi. Or, en période de confinement, une personne sans emploi n’est plus disponible pour travailler. De plus, ses démarches de recherche d’emploi sont également fortement entravées. Au cours des deux premiers trimestres de l’année, la période de confinement a ainsi fortement perturbé le fonctionnement du marché du travail.

Dès lors, au 3e trimestre 2020, le taux de chômage est reparti nettement à la hausse suite aux baisses « artificielles » des deux premiers trimestres.

En France, tous les départements enregistrent une hausse du chômage entre les 2e et 3e trimestres.

Dans les départements ligériens, les hausses vont de 1 point en Vendée à 1,7 point en Sarthe. Pour comparaison, en France, le département où le taux progresse le plus lentement est la Lozère (+0,9 point) et celui où il s’accroît le plus vite, la Seine-Saint-Denis (+2,8 points).

Taux de chômage trimestriel en % de la population active

3e trimestre 20194e trimestre 20191er trimestre 20202e trimestre 20203e trimestre 2020
Loire-Atlantique 6,8 % 6,6 % 6,5 %6,4 %7,7 %
Maine-et-Loire 7,6 % 7,5 % 7,3 %7,0 %8,4 %
Mayenne 5,5 % 5,5 % 5,5 %5,4 %6,5 %
Sarthe 8,3 % 8,0 % 7,9 %7,5 %9,2 %
Vendée 6,4 % 6,3 % 6,2 % 6,2 %7,2 %
Pays de la Loire 7,0 % 6,8 % 6,7 %6,6 %7,9 %
France métropolitaine8,1 %7,8 %7,6 %7,0 %8,8 %
Source : Insee, taux de chômage localisés, données cvs en moyenne trimestrielle et taux de chômage France au sens du BIT. Les données du dernier trimestre sont provisoires.

En Pays de la Loire, la Mayenne, la Vendée et la Loire-Atlantique, partant d’une situation particulièrement favorable, font toujours partie des territoires français les plus épargnés par le chômage. La Mayenne et la Vendée se positionnent ainsi respectivement aux 4e et 13e rangs des départements français. Le Maine-et-Loire est dans une situation intermédiaire avec un taux de chômage supérieur à la moyenne régionale, mais qui reste en deçà du niveau national. La Sarthe est, comme avant la crise sanitaire, le territoire régional qui connaît le plus de difficultés.